Les films “Paroles de Migrants”

Le projet Paroles de migrants est une série de courts-métrages documentaires réalisé dans la “Jungle” de Calais en mars 2016, fruit d’une collaboration entre notre association et le réalisateur Olivier Cousin en Mars 2016.

Cliquez ici pour voir la note d’intention

Les films sont un outil de sensibilisation qui peut être utilisé pour des ateliers en établissements scolaires, des formations à la justice migratoire, etc. L’association La Cimade  utilise actuellement “La vie pour bagage” dans son programme national de sensibilisation en collège et sans ses formations. L’outil peut être accompagné d’un kit d’utilisation. Si vous êtes enseignant.e, membre d’une association, ou autre, n’hésitez pas à nous en faire la demande.

 

Calais est l’un des « hotspots » de refuge de l’Europe forteresse. Grâce aux efforts des exilé-e-s arrivé-e-s là et des associations de bénévoles, un camp a pris forme, qu’on appelle « la Jungle ».

Malgré ses innombrables difficultés, le camp est un lieu de vie où cohabitent et vivent ensemble des personnes de diverses origines, religions et nationalités. La solidarité et l’hospitalité sont au cœur de la vie collective et les leaders communautaires participent de celles-ci. 

La vie pour bagage/Life for Company

 Là où s’entassent les exilé-e-s du monde, dans l’attente et l’espoir d’une vie normale, Omar a fui l’Afghanistan il y a 10 ans.

Après 7 ans passés en Angleterre, il est expulsé en Italie par les lois européennes où il obtient l’asile. Sans travail, il revient à Calais pour tenter à nouveau la traversée. Avec ses mots à lui, autour d’un thé pris sur les planches de bois d’une échoppe, il revient sur son parcours, évoque son enfance dans les montagnes d’Afghanistan, sa famille dont il n’a pas de nouvelles depuis 10 ans, les raisons qui ont provoqué son départ, le quotidien du camp, et les rêves qui maintiennent l’espoir en vie.

Le cerf volant/The kite

Plusieurs familles, kurdes, afghanes et syriennes, vivent dans des caravanes. Juste avant la tombée du jour, des petites filles et leur famille tentent de faire voler un cerf-volant.

25 mars/25 March

 Neuf habitants iraniens ont entamé une grève de la faim et se sont cousus les lèvres pour protester contre la destruction d’une partie du camp. Par respect pour leurs proches inquiets et accueillant avec espoir et détermination les promesses de l’Etat, le 25 mars, ils ont décidé de mettre un terme à leur mouvement.

Une conférence de presse est organisée. En farsi, en français puis en anglais, ils parlent de l’inhumanité du traitement des réfugiés et demandeurs d’asile en France et en Europe, et de la situation de violence généralisée dans laquelle sont forcé-e-s de vivre les exilé-e-s à Calais, coincé-e-s par les politiques inhospitalières et irrespectueuses des droits humains des Etats européens.

Vidéos à venir :

Comme un prisonnier/Like a prisoner